Jour 4

 

Chalet du Charvet - Refuge de la Vanoise

 

≈ 36 km, 2200 D+, 11 h

 

Vanoise : bivouac - AU BOUT DES PIEDS

 

La nuit a vraiment été un régal : après 3 gros jours de marche, on commence à dormir paisiblement. Réveil à 5h30 au petit jour. Je ne sors pas du duvet pour rester au chaud et me prépare mon petit déjeuner.

Vanoise : bivouac - AU BOUT DES PIEDS
Vanoise : Rochers du Génépy ? - AU BOUT DES PIEDS
Rochers du Génépy ?

 

 

 

Vaisselle, paquetage et hop… en route ! A ce moment, 2 randonneurs passent. Ils iront vers les petits lacs sous le col de la Sana.

 - AU BOUT DES PIEDS

 

 

Grosse journée prévue : le tour du Mont Roup, le col de la Rocheure par le refuge du Fond des Fours, la Femma, Entre-deux-Eaux et le refuge de la Vanoise.

Le départ, soleil dans le dos, est un bonheur : on voit parfaitement tous les détails. Le troupeau de vaches est toujours là et avance. Jusqu’où elles vont monter par peur du marcheur ?

Vanoise  - AU BOUT DES PIEDS

Passage de petits torrents sur planches.

Saluons au passage le travail de ceux qui entretiennent le parc.

Vanoise  - AU BOUT DES PIEDS
Vanoise : Rochers du Génépy ? - AU BOUT DES PIEDS
Rochers du Génépy ?
Vanoise : Rochers du Génépy ? - AU BOUT DES PIEDS
Rochers du Génépy ?

En haut du chemin, sous la Croix du Pisset et les Rochers du Génépy, le sentier dessine des courbes sur des pentes doucement herbeuses, de tout petits lacs et rigoles.

Vanoise : Pointes des Lorès ? - AU BOUT DES PIEDS
Pointes des Lorès ?
Vanoise : Croix du Pisset - AU BOUT DES PIEDS
Croix du Pisset

A l’embranchement du chemin pour la Rocheure, descente à gauche par un doux sentier à flanc que je cours en entier jusqu’au parking du Manchet.

Quelle belle descente, tout en rythme.

Il n’est même pas 8 h que j’attaque la longue montée du Fond des Fours. Je vais la trouver longue. Au refuge, l'arrêt casse-croûte oblige à se couvrir. Le temps est couvert, il pleuviote, il fait froid.

Vanoise : refuge du Fond des Fours - AU BOUT DES PIEDS
refuge du Fond des Fours

 

Le vallon des Fours est un coin de verdure.

En passant un collet, on retombe derrière dans un paysage radicalement différent : finie la verdure ; c’est la rocaille et pierraille fine et vue sur le glacier des Fours sous la pointe de Méan Martin. Je croise des alpinistes qui y ont fait du glacier. Ils redescendent car le mauvais temps s'installe et me conseillent la prudence.  

 

Vanoise : Pointe ou Signal de Méan Martin ? - AU BOUT DES PIEDS
Pointe ou Signal de Méan Martin ?

 

C’est plein de torrents, de cairns car les marques fixes sont impensables ici. Gros boulot du personnel du Parc qui entretient ces cairns et les passerelles sur les torrents.

La progression est ici forcément plus lente du fait de l’obligation de fouiller dans le gris des roches pour y trouver le prochain cairn.

Vanoise : Pointe ou Signal de Méan Martin ? - AU BOUT DES PIEDS
Pointe ou Signal de Méan Martin ?
Vanoise  - AU BOUT DES PIEDS


Le vent s’intensifie en approchant du collet qui donne sur les névés avant le col de la Rocheure. Là-haut, c’est neige et gros vent. Cape de pluie. Bon abri ! Dessous je suis en short et ne transpire pas trop. Un coupe-vent du tonnerre. 

Le gris des nuages vire au noir du coté de Tignes. Je croise un groupe de marcheurs qui sont contents de filer sur le refuge des Fours.

Vanoise : Rochers des Barmes de l'Ours devant la Pointe de la Sana ? - AU BOUT DES PIEDS
Rochers des Barmes de l'Ours devant la Pointe de la Sana ?


Enfin arrivé à la Rocheure sous les nuages de plus en plus bas. On entend gronder vers Tignes. Inquiétant tout de même mais je sais que je vais vite perdre de l’altitude.

Je ne traîne pas ici, bien que ça puisse être beau. Je marche sur un fin pierrier de cailloux mélangé à une pelouse ultra fine et spongieuse. C’est assez souple à courir, alors profitons-en.

Vanoise : en direction du sud - AU BOUT DES PIEDS
en direction du sud

Vanoise : refuge de la Femma - AU BOUT DES PIEDS
refuge de la Femma

C'est long jusqu’au refuge de la Femma. Des airs d’Écosse dans ce vallon embrumé et verdoyant. Personne. La Vanoise semble bien déserte cette semaine. La montagne est bien vide.

Au refuge je demande la permission de me faire à manger. Ils ne voudront même pas de mon argent pour avoir squatté leur salle hors sac : sympa la Femma.

Deux randonneurs terminent leur repas à une table au fond de la salle. On repartira ensemble.


 

Dehors, il pleut encore à grosses gouttes. Je garde la cape et maintiens le cap.

Un nuage de chocards vole et coasse autour des rochers au dessus du refuge.

 

Sous cette pluie on ne tarde pas : les photos sont rares et vite prises.

Les compagnons de ce bout de route me paieront un excellent chocolat chaud au refuge d'Entre-Deux-Eaux. La salle est toute petite, en bois, assez sombre, de la buée aux fenêtres, les porte-manteaux chargés d'habits mouillés.

Vanoise : vallon de la Rocheure - AU BOUT DES PIEDS
vallon de la Rocheure
Vanoise  - AU BOUT DES PIEDS

 

Revigoré, reposé, je les remercie chaudement et repars dans le froid. Pont de Croé-Vie vers le col de la Vanoise. La montée est rude, glissante surtout.

Vanoise : vallon de la Leisse, en montant au col de la Vanoise - AU BOUT DES PIEDS
vallon de la Leisse, en montant au col de la Vanoise

Je passe le blockhaus et arrive plein vent dans le couloir du col de la Vanoise. Là, ça ne fait pas semblant de souffler ! Ce coin est superbe : un peu d’herbe, de l’eau, des caillasses, des pentes douces et du rocher au dessus.

Vanoise : Pointes de Pierre Brune ? - AU BOUT DES PIEDS
Pointes de Pierre Brune ?
Vanoise : vers le col de la Vanoise - AU BOUT DES PIEDS
vers le col de la Vanoise

 

 

Bizarrement, plusieurs poteaux le long du chemin semblent indiquer le chemin. Serait-ce les croix indiquées sur la carte IGN ?

Les lacs sont charmants.

 

Alors qu'il y a du monde au refuge de la Vanoise, je passe la soirée dans la salle hors-sac avec 2 randonneurs. Je vais prendre une douche... froide (plus d’eau chaude !).  

On se prépare un repas commun ; lui coupe du bois pour le feu ; on étend notre linge mouillé. On discute un peu des projets du lendemain et s’endort dans un vrai lit.

J’entends les gouttelettes de pluie cingler les vitres de la chambre et me sens bien sous mon duvet. La nuit est tombée et le vent souffle dur.