ANNECIME

 

très belle course par les montagnes autour du lac d'Annecy, en 2008

80 km et 5600 +

 

Photos de l'édition 2008, quand la course était encore en mai, avec la neige au Semnoz.

Course rebaptisée MaxiRace.

Départ à 3 h 00 du matin. Les "élites" partiront 3 h après. Beau spectacle de les voir passer.

 

Traversée du Paquier ; on longe le lac et on pique vers la Visitation. C'est parti pour la montagne et la forêt. La fraîcheur se fait vite sentir sous les arbres.

Un long cortège de frontales s'étire sur le sentier, rythmé par petits groupes de niveaux différents.

 

Ca discute, ça commente, ça souffle, ça vomit déjà, on se tort les chevilles dans les racines, on s'arrache la peau des tibias sur le calcaire râpeux...

La montée du Semnoz est longue dans la nuit mais assez progressive. Puis le jour se lève ; la neige est là ; les chaînes alentour se dégagent du noir (Mont Blanc, Aravis, Bauges). Un régal. On renait ; on est encore plein d'ambition.

Ravito sous le sommet et on repart dans la descente vers le col de Leschaux.


La pente est plus raide ; on y est vite. On retrouve les feuillus, les mousses.

On remplit la gourde à Leschaux avant de longer la route pour quelques km. Puis on monte aux Chalets du Sollier ; bonne côte dans les conifères avant de retomber sur Mont-Derrière, charmant village des Bauges. Fontaine.

La montée au col de la Frasse est agréable, peu boisée. Les dalles calcaires lisses en imposent. Puis on bascule côté lac avec la vue sur les montagnes du lac : Tournette, Lanfonnet, Dents de Lanfon, Verrier. Ça promet !

L'instant au soleil est enchanteur dans ce vallon pastoral d'Entrevernes. Pas d'eau entre Mont-Derrière et La Thuile. Ça fait long !

Rainures des chariots des anciens mineurs dans le calcaire du chemin.

La Thuile : ravito et change. La moitié... on est bien content.

 Annecîmes - AU BOUT DES PIEDS

On traverse la vallée pour passer sur la rive est du lac et le retour dans les montagnes. Le soleil tape vers midi dans le fond de vallée.

Pénible montée au col de la Forclaz : long, en forêt, sans vue, on ne sait jamais où on en est, assez raide et on a déjà 40 km dans les pattes. Redéfinition des ambitions...

Content d'arriver au col, avec les supporters qui nous applaudissent. De l'eau ? Pas d'eau ! Il faudra attendre le chalet de l'Aulp !

Le parcours par le vallon de l'Aulp Riant dessus est nettement mieux que par dessous le Lanfonnet (humide, sans vue). C'est charmant là-haut. Mais la descente du col des Frêtes laisse des souvenirs dans les quadriceps.

 

Bluffy ; le col des Contrebandiers. Ça sent la fin mais il faudra encore souffrir.

Passage de rêve au haut des falaises calcaires du Verrier avec vue plongeante sur le lac et Annecy.

Descente casse-pattes sur le Petit Port ; traversée de la route et course de rêve pendant un bon km le long du lac, devant l'Impérial, jusqu'au tapis rouge.